FLASH INFO

Grand-Bassam du 10 au 12 Août 2016 : Séminaire d’orientation stratégique du Ministère auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances

Après une élection présidentielle apaisée qui s’est tenue en octobre 2015, le Président de la République a procédé par décret n° 2016-04 du 12 janvier 2016, à la formation d’un nouveau Gouvernement marquant le début du nouveau quinquennat que vient de lui accorder le peuple de Côte d’Ivoire.

Au cours de son premier mandat, la Côte d’Ivoire a connu un dynamisme économique avec un taux de croissance moyen du PIB de 9% de 2012 à 2015, plaçant notre pays dans le peloton de tête des pays ayant de forts taux de croissance dans le monde.

L’on a noté également une forte amélioration du climat des affaires couronnée par l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au programme compact de la Banque Mondiale et la progression de huit (08) places au classement 2015 de l’Indice de Perception de la Corruption (CPI) de l’ONG Transparency International.

Ces performances ont conduit à l’amélioration des notations souveraines de la Côte d’Ivoire, avec des perspectives stables, par Moody’s et Fitch, respectivement de B1 à Ba3 et de B à B+. Elle traduit une meilleure lisibilité des investisseurs sur les perspectives économiques de la Côte d’Ivoire, ainsi qu’elle contribue à renforcer la qualité de la signature de l’Etat.

Cette embellie économique est tributaire d’une action Gouvernementale concertée et orientée à travers le PND 2012 – 2015 qui vient de s’achever avec un suivi régulier grâce au Plan de Travail Gouvernemental (PTG).

La contribution du Ministère auprès du premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances pour l’atteinte des objectifs globaux du Gouvernement sur cette période de 2011 à 2015 a été essentielle et s’est traduite par les résultats ci-après :

la restauration de la stabilité macroéconomique ;

l’assainissement de la gestion des finances publiques ;

la bonne conclusion du Programme Economique et Financier (PEC) soutenue par la Facilité Elargie de Crédit (FEC) sur un satisfecit du FMI. Son exécution a permis de bénéficier de 463,1 milliards d’appui budgétaires sur la période et une réduction substantielle de la dette ;

la mobilisation des ressources et moyens nécessaires au financement du Plan National de développement ;

le renforcement de la gouvernance et du développement institutionnel à travers la mise en œuvre efficace des réformes structurelles nécessaires pour soutenir la dynamique de l’activité économique notamment :

o l’adoption en Conseil des Ministres d’une stratégie de développement du secteur financier ;

o l’élaboration d’une stratégie de gestion de la Dette Publique

o l’adoption du schéma directeur des finances publiques

l’apurement de la dette intérieure pour offrir les ressources nécessaires aux acteurs du secteur privé pour le financement de leurs activités ;

l’assainissement de l’environnement des affaires et le renforcement du dialogue avec le secteur privé ;

le renforcement de la coopération économique sous régionale.

Au cours de son second mandat, le Président de la République entend consolider les acquis de développement économique de la Côte d’Ivoire pour en faire un pays émergent à l’horizon 2020. Dans cette optique, le Plan National de Développement (PND 2016 – 2020) qui donne les grandes orientations de l’action Gouvernemental a été adopté et un groupe consultatif s’est tenu du 17 au 18 Mai 2016 à Paris.

Par ailleurs, la Côte d’Ivoire a adopté la loi organique n° 2014-336 du 05 juin 2014 relative aux lois des finances et la loi organique n° 2014-335 du 05 juin 2014 portant code de transparence dans le cadre de la transposition dans la législation nationale des directives de l’UEMOA adoptées en 2009 visant à corriger les faiblesses de la gestion des finances publiques dans les Etats membres a été effective.

Ces deux lois dont l’échéance de la mise en œuvre complète, est prévue pour l’année 2017, visent la modernisation et l’amélioration des instruments de gestion des finances publiques.

Ainsi, ont été prévues diverses innovations qui découlent à la fois de la transposition des normes communautaires et des exigences de la gouvernance financière à l’échelle internationale, qui nécessitent de notre Département Ministériel, des dispositions nouvelles ainsi qu’une formation et une adaptation des différents acteurs.

Il convient également de noter qu’après la prise du décret n°2014-864 du 23 décembre 2014 portant organisation du Ministère auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances, la nécessité de mieux cerner les missions assignées au Département Ministériel est devenu une préoccupation.

C’est dans ce cadre que le Ministre auprès du premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances qui vient d’être nommé a décidé d’organiser un séminaire d’orientation stratégique pour permettre à son Département Ministériel d’apporter de la meilleure façon possible, sa contribution à la réalisation des objectifs du Gouvernement.