Déclaration d’une mission du FMI au terme de sa visite en Côte d’Ivoire

Le 29 septembre 2016
Les communiqués de presse publiés en fin de mission par les services du FMI expriment leurs observations préliminaires au terme d'une mission dans un pays. Les opinions exprimées dans ces conclusions sont celles des services du FMI et ne sont pas nécessairement celles du Conseil d'administration. Sur la base des observations préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l'approbation de la direction, sera soumis à l'examen et à la décision du Conseil d'administration du FMI.

  • Progrès sur les négociations sur un nouveau programme économique triennal qui pourrait être appuyé par le FMI, dans le cadre d’accords au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEDC).
  • La croissance économique devrait demeurer forte et est projetée à 7,7 pour cent en moyenne sur la période 2017-19

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), conduite par Dan Ghura, a séjourné à Abidjan du 21 au 27 septembre 2016 afin de poursuivre les négociations sur un nouveau programme économique triennal qui pourrait être appuyé par le FMI, dans le cadre d’accords au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEDC). Les échanges se sont appuyées sur les progrès accomplis lors de la précédente mission du FMI en juin et juillet 2016. À l’issue de la visite, M. Ghura a fait la déclaration suivante :
« La Côte d’Ivoire connaît un redressement spectaculaire depuis 2011, de l’ordre de 9 pourcent par an en moyenne. Les perspectives économiques restent favorables. Le Plan National de Développement des autorités pour la période 2016-2020 privilégie à juste titre une croissance inclusive et durable, en mettant l’accent sur la transformation structurelle et l’amélioration du niveau de vie des populations.
« Dans ce contexte, les autorités ivoiriennes et les membres de la mission ont fait des progrès supplémentaires sur un programme macroéconomique et structurel de trois ans qui pourrait être appuyé par des accords au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et du Mécanisme élargi de crédit (MEDC), en s’appuyant sur les excellents résultats obtenus dans la mise en œuvre de l’Accord au titre de la FEC au cours de la période 2011-15.
« La performance macroéconomique solide s’est poursuivie dans la première moitié de l’année et la croissance du PIB réel est projeté à environ 8 pour cent pour l'année 2016. Le déficit budgétaire devrait se creuser à 4 pour cent du PIB en 2016, reflétant une augmentation des dépenses, y compris pour la sécurité, la santé et l'éducation.
« La croissance économique devrait demeurer forte et est projetée à 7,7 pour cent en moyenne sur la période 2017-19, reflétant le dynamisme de la demande intérieure. L’inflation devrait demeurer inférieure à 3 pour cent, tandis que l’augmentation des importations liées à l’investissement devrait contribuer à un accroissement du déficit du compte courant de la balance des paiements à de 2,5 percent of GDP.
« Afin de préserver la viabilité de la dette publique et soutenir les réserves internationales de l’UEMOA, le déficit budgétaire de l’Etat devrait converger vers la norme communautaire de 3 pourcent du PIB d’ici à 2019. A cet effet, la mission et les autorités ont convenu du besoin de renforcer la mobilisation des recettes, y compris par la poursuite des réformes d’administration fiscale mais aussi des mesures de politique fiscale visant à élargir l’assiette fiscale, et de contenir les dépenses récurrentes afin de créer les marges nécessaires pour les dépenses sociales et d’infrastructure.
« La mission a accueilli favorablement des mesures destinées à améliorer la gestion des finances publiques, ainsi que la gestion de la dette publique, y compris à travers la mise en place d’une base complète de données permettant de suivre l’évolution des emprunts contractés par des entités publiques autres que l’Etat. La mission et les autorités ont également convenu de mesures pour faire face aux risques budgétaires émanant d’entreprises publiques en difficulté financière. De plus, un accord a été trouvé sur les étapes d’une accélération de la restructuration des banques et entreprises publiques. La mission a accueilli favorablement la requête des autorités en faveur d’assistance technique additionnelle pour appuyer leurs efforts d’amélioration de la qualité et de la dissémination des statistiques économiques.
« Les autorités et la mission ont convenu de continuer les discussions dans les semaines à venir, en particulier sur le profil du déficit budgétaire et les modalités de financement d’un nouveau programme.
« La mission souhaite remercier les autorités pour leur accueil chaleureux et excellente coopération, ainsi que pour le dialogue constructif qui a prévalu durant les discussions. »
***
Les membres de la mission ont rencontré le Premier Ministre et Ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, M. Daniel Kablan Duncan ; le Ministre auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances, M. Adama Koné; le Ministre auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat , M. Abdourahmane Cissé ; le Directeur national de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), M. Chalouho Coulibaly, d’autres hauts représentants de l’État et des représentants des partenaires au développement de la Côte d’Ivoire.
Département de la communication du FMI
RELATIONS AVEC LES MÉDIAS
ATTACHÉ DE PRESSE: Lucie Mboto Fouda
TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100 / COURRIEL: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.