3ème édition de la Journée nationale du Partenariat (JNP 2017)- Le Ministre Adama Koné rappelle l’engagement du Président Alassane Ouattara

La 3ème édition de la Journée nationale du Partenariat (JNP) a eu lieu ce lundi 13 novembre àl’hôtel Sofitel-Ivoirede Cocody. En tant que Président du Comité Technique de Concertation et Président de la JNP 2017, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, a mis en exergue l’engagement du Président de la République, Alassane Ouattara, pour un dialogue Etat-Secteur Privé fort et dynamique.

« Le secteur Privé doit être le moteur de la croissance de l’économie ivoirienne » La 3ème édition de la Journée nationale du Partenariat (JNP) a eu lieu ce lundi 13 novembre àl’hôtel Sofitel-Ivoirede Cocody. En tant que Président du Comité Technique de Concertation et Président de la JNP 2017, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, a mis en exergue l’engagement du Président de la République, Alassane Ouattara, pour un dialogue Etat-Secteur Privé fort et dynamique.

« Le Président de la République Alassane Ouattara a placé le dialogue avec le secteur privé au rang des priorités du Gouvernement ». C’est en ces termes que le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, a souligné l’intérêt du Président de la République, Alassane Ouattara, pour le dialogue Public-Privé à l’ouverture des travaux de la JNP 2017 consacrée au thème : « encadrement du secteur informel, source de croissance et de compétitivité de notre économie ». Il a en effet indiqué que dès que son accession au pouvoir en 2011, le Président Ouattara a décidé de faire du secteur privé le « moteur » de la croissance de l’économie ivoirienne. « Cette journée est une matérialisation de l’engagement du Président de la République à écouter les préoccupations du Secteur Privé et à y apporter des solutions concertées », a assuré le Ministre Adama Koné.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a, également, relevé« l’indéniable soutien » du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, patron de la cérémonie, au renforcement du dialogue Public-Privé en Côte d’Ivoire. Il a notamment salué « l’engagement » du chef du Gouvernement auprès du Secteur Privé tout au long de l’année 2017 marquée, entre autres, par la « redynamisation » des rencontres du Comité de Concertation Etat Secteur Privé (CCESP), la CGECI Academy le 1er octobre dernier et les Journées Nationales des Chefs d’Entreprises (JNCE) du 09 au 12 novembre 2O17.

Mettant l’accent sur le sens que revêt la JNP Etat-Secteur-Privé, Monsieur Adama Koné a parlé de la « célébration annuelle de la vision partagée mais complémentaire entre l’Etat et le Secteur Privé pour l’atteinte des objectifs de développement socio-économique de la Côte d’Ivoire ».

En ce qui concerne la 3ème édition de la JNP, il a souligné : « L’édition 2017 se veut être le cadre d’échanges propices à la présentation des réformes et des efforts consentis par l’Etat, à l’expression des attentes et des difficultés rencontrées par le Secteur Privé, à la définition de perspectives de collaboration pour un partenariat judicieux entre les deux parties et aux réflexions autour de questions stratégiques pour le développement économique de notre pays. C’est dans cette dynamique, que nous inscrivons la thématique de cette troisième édition de la Journée, qui porte sur l’«Encadrement du Secteur Informal ; source de croissance et de compétitivité de notre économie ». Ce thème sous-tend la nécessité de mutualiser les efforts de l’Etat et du Secteur Privé en vue de juguler le développement du secteur informel et d’en assurer un meilleur encadrement pour la transition vers le formel, nécessaire à l’éclosion d’une économie plus performante. Le principal enjeu est de parvenir à construire une économie des plus résiliente et inclusive qui intègre tous les agents économiques à la formation de la richesse nationale. Il importe donc à ce titre de développer les politiques et stratégies incitatives pour capter la valeur ajoutée significative des acteurs économiques de l’informel. (…) L’innovation cette année, vient de la mise en place en parallèle, d’une session d’appui à la démarche de formalisation. »

Il a saisi l’occasion pour inviter les entreprises du Secteur Privé à prendre toute leur place dans le processus de « reconstruction et de relance » de l’économie ivoirienne. « Formaliser son entreprise revient à être mieux structuré et plus productif. Ce qui permet de bénéficier des opportunités offertes en termes d’accès au financement et au marché et multiplier ses chances de croissance », a-t-il conseillé, tout en précisant que l’Etat s’attèlera, pour sa part, à poursuivre la mise en place de conditions favorables pour un développement économique inclusif et durable. Dans la même veine, le Premier ministre Amadou Gon a rappelé que depuis 2012, l’Etat a initié d’importantes réformes pour redynamiser le secteur privé avec la création du centre de concertation. « Ce dialogue exemplaire a conduit à des réformes tangibles, permettant le maintien d’un environnement favorable aux affaires, ce dispositif sera soutenu par la mise en place de la cour d’Appel d’Abidjan dès l’année prochaine, la dématérialisation des procédures de déclaration et paiement de impôts.

En dépit de tous ces acquis, le gouvernement est conscient que l’accès au financement demeure l’une des préoccupations majeures du Secteur Privé et des PME en particulier. C’est pourquoi d’importantes mesures ont été mises en œuvre, l’adoption du crédit-bail, l’instauration des bureaux de crédit-bail. (…) La formulation de politique publique spécifique pour accompagner la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle s’avère être donc indispensable pour assurer le bien-être des travailleurs et l’accroissement des recettes fiscales et la compétitivité de l’économie et des entreprises », a expliqué le chef du Gouvernement.

Pour Jean-Marie Ackah, le Président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), il convient d’identifier les facteurs de maintien de certaines entreprises dans l’informel et d’y apporter des réponses. Ces facteurs, selon lui, sont liés notamment à la pression fiscale importante sur le secteur formel, à la difficulté d’accès au financement, à la fraude fiscale et à la fiscalité inadaptée aux PME.

La JNP est une initiative du CCESP. L’édition 2017 de ce rendez-vous économique bénéficie de l’assistance technique du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD). SOURCE : SERCOM MEF