Prêts aux logements : le taux d’intérêt passe à 5,5% par an pour les acquéreurs

« Le Gouvernement a obtenu des banques que les prêts sollicités par les acquéreurs pour les logements sociaux, soient à un taux de 5,5%. Ce taux était de 9,5% auparavant », a annoncé le vendredi 23 février, le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, à l’immeuble Sciam au Plateau, lors de la cérémonie de lancement des nouvelles conditions applicables au guichet du Compte de Mobilisation pour l’Habitat (CDMH).

Le dispositif mis en place par le CDMH à sa création prévoyait un taux d’intérêt du crédit-acquéreur de 9,5% par an pour les clients et un taux d’intérêt annuel de refinancement de 6% pour les banques. Ce dispositif, a fait savoir le Ministre Adama Koné, a montré ses limites en raison de ses coûts jugés « onéreux » pour les banques et pour les ménages.

« Pour relancer l’attrait des banques au CDMH, le Comité de Gestion, a proposé une révision à la baisse des taux de refinancement et du crédit-acquéreur, afin de soutenir la politique de logement social recherchée par le Gouvernement. Je note que le Comité a adopté un taux d’intérêt de sortie de 5,5% l’an (assurance y compris), pour les acquéreurs de logement social et économique », a-t-il précisé.

Adama Koné dont le ministère assure la présidence du comité de gestion, a indiqué que le taux de refinancement pour les banques au guichet du CDMH est de 2%, avec un barème de refinancement de 90% et 95% en fonction de la durée du prêt. Et d’ajouter que seuls les crédits de 11 à 20 ans décaissés totalement sont finançables.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a saisi l’occasion pour relever les avantages de ces nouvelles conditions pour le CDMH, les Banques et Etablissements financiers ainsi que les acquéreurs. Selon lui, le taux d’intérêt du crédit-acquéreur de 5,5% l’an permet aux populations d’acquérir des logements décents, à des conditions de crédit bancaire peu onéreux pour les populations. Ledit taux, a-t-il également expliqué, devrait impulser une tendance baissière du taux d’intérêt du crédit immobilier, applicable par les banques en Côte d’ Ivoire. Il s’est par ailleurs réjoui du taux de refinancement de 2% dont bénéficieront les banques, et qui permet de pérenniser le CDMH. « En effet il se décompose d’une marge nette bénéficiaire de 1% et du coût de gestion du Fonds estimé à 1% », a-t-il détaillé.

Claude Isaac De, Ministre de la Construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’Urbanisme, est revenu sur la livraison de plus de 10.000 logements sociaux en 2018, promis par le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly.

« Le mécanisme de financement qui sera mis en vigueur constitue une preuve de l’engagement du Président de la République, Alassane Ouattara, à rendre accessible le logement aux couches sociales les plus faibles des populations », a-t-ilnoté.

Lala Moulaye, vice-présidente de l’Association des professionnels des banques et Etablissements Financiers deCôte d’Ivoire (APBF-CI), a rassuré que les banques vont octroyer le prêt aux conditions définies, avant d’encourager les clients à solliciter le crédit immobilier.

Le CDMH a pour objectif de permettre l’amélioration des conditions d’accession à la propriété de l’habitat social et de concourir au refinancement des créditsacquéreurs, consentis par les banques et les établissements financiers.

SOURCE : SERCOM MEF