Financement du Projet d’intégration Port Ville du Grand Abidjan : 217 milliards de FCFA mobilisés pour transformer Abidjan

D’un montant d’environ 217 milliards de FCFA, le financement du Projet d’intégration Port Ville du Grand Abidjan par l’Etat de Côte d’Ivoire, la Banque mondiale et le Secteur privé, a été marqué le lundi 10 septembre 2018, au 20e étage de l’immeuble Sciam au Plateau, par la signature d’un accord entre le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, représentant la partie ivoirienne, et le Directeur des opérations de l’institution internationale, Pierre Laporte.

Appuyer l’amélioration de la gestion urbaine, l’efficacité logistique, l’accessibilité portuaire et la mobilité dans l’agglomération du Grand Abidjan couvrant 19 municipalités, dont 13 font partie du District Autonome d’Abidjan (Abobo, Adjamé, Anyama, Attécoubé, Bingerville, Cocody, Koumassi, Marcory, Plateau, Port-Bouët, Songon, Treichville, Yopougon) et 6 municipalités environnantes (Grand-Bassam, Bonoua, Alepé, Azaguié, Dabou, Jacqueville). Tel est l’objectif du Projet d’intégration Port Ville du Grand Abidjan dont les détails du financement ont été donnés par le Ministre Adama Koné.

« Le Projet d’Intégration Port Ville du Grand Abidjan qui s’inscrit dans le cadre du Plan National de Développement (PND) 2016-2019, bénéficie d’un financement conjoint de l’Etat de Côte d’Ivoire, de la Banque Mondiale et du Secteur Privé d’un montant total de 331,8 millions d’Euros soit environ 217 milliards de FCFA répartis comme suit : Crédit IDA : 260,5 millions d’Euros soit environ 170 milliards de FCFA ; Etat de Côte d’Ivoire : 13,4 millions d’Euros soit environ 9 milliards de FCFA ; et Secteur privé sous forme de Partenariat Public Privé (PPP) : 57,8 millions d’Euros soit environ 38 milliards de FCFA. Le Crédit a une maturité de 28 ans, avec un différé de 12 ans », a expliqué le Ministre de l’Economie et des Finances. Non sans donner l’assurance quant à l’engagement du Gouvernement ivoirien, à garantir une utilisation efficace et transparente des ressources affectées à ce Projet.

D’une durée de 7 ans, a-t-il poursuivi, ledit Projet financera la réalisation de la section 2 de l’autoroute de contournement d’Abidjan ; l’aménagement de la section 3 de l’autoroute de contournement d’Abidjan; la construction de l’Echangeur du carrefour Akwaba ; et la construction d’une plateforme ou zone logistique y compris des parcs de stationnement court et long séjour pour les camions poids lourds.

Le Ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Amédée Koffi Kouakou, dont le département ministériel tire profit de la réalisation de ce Projet, a révélé qu’il comprend 4 composantes. A savoir la composante 1 pour la planification urbaine, les services et la gouvernance, la composante 2 pour les Infrastructures de Transports urbains, la composante 3 pour le services logistiques et compétitifs et la composante 4 consacrée à la gestion du Projet.

« La population de l'Agglomération du Grand Abidjan bénéficiera de l'amélioration des infrastructures, de la mobilité urbaine et des services municipaux. Le district d'Abidjan, les 18 municipalités de l'Agglomération du Grand Abidjan et diverses agences gouvernementales nationales bénéficieront du renforcement des capacités qui leur permettront d’améliorer la gouvernance urbaine et de mettre en œuvre les investissements prévus. Les entreprises privées, elles, tireront avantage des programmes de formation à la gestion logistique ainsi que des investissements visant à améliorer l'efficacité de ce secteur. Afin d’obtenir un impact maximum dans la réalisation de la stratégie du gouvernement, le projet complètera des activités en cours axées sur : la réhabilitation de l’infrastructure urbaine et l’accès aux services de base à Abidjan, comme le Projet d’urgence de renaissance des infrastructures de Côte d’Ivoire (PRICI) ; et la facilitation du commerce et du transport pour une intégration régionale, comme le Projet de facilitation des transports et du transit (PFTT) le long du corridor Abidjan-Lagos et le Projet d’appui à la modernisation du secteur des transports (PAMOSET) », a pour sa part, souligné le Directeur des opérations de la Banque mondiale, Pierre Laporte.

SOURCE : SERCOM MEF