Lancement du Projet Multisectoriel de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (PMNDPE) : Le Ministre Adama Koné  salue « un projet novateur » qui va cibler 14 régions

En vue de « garantir à l’ensemble de la population un statut nutritionnel optimal » visant à « améliorer son bien-être et soutenir durablement une croissance inclusive et le développement » de la Côte d’Ivoire, le Gouvernement s’est doté d’un Plan National Multisectoriel de Nutrition (PNMN), sur la période 2016-2020. Pour la mise en œuvre de ce plan, le Projet Multisectoriel de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (PMNDPE) a été lancé le lundi 12 novembre 2018 à la Primature, par le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, représentant le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly.

« Ce projet se veut novateur dans ses principes d’intervention basés sur la synergie dans l’action et la convergence vers les communautés avec un focus sur les 1000 premiers jours. Il contribuera à renforcer les interventions de nutrition et de développement de la petite enfance dans 14 régions administratives, considérées comme des zones à forte prévalence et à prévalence intermédiaire de malnutrition selon le phasage du Plan National Multisectoriel de Nutrition », a-t-il expliqué.

Le Ministre de l’Economie et des Finances a, également, fait savoir que la Côte d’Ivoire dispose aujourd’hui de fondements solides pour accélérer la lutte contre la faim et la malnutrition avec l’élaboration d’une feuille de route ambitieuse, lancée le 12 février 2018, en vue d’atteindre l’ODD2. « (…) le Gouvernement a entrepris l’élaboration d’un Programme Social 2018-2020 mieux ciblé en vue de consolider rapidement les acquis. La lutte contre la faim et la malnutrition constituent une dimension importante de ce programme social », a-t-il ajouté, après avoir noté que beaucoup, dans ce domaine, reste à faire au regard des besoins exprimés par nos populations.

Le Ministre Adama Koné a, enfin, assuré que le Gouvernement ne ménagera aucun effort pour la réussite de ce projet et au-delà la mise en œuvre du Plan National Multisectoriel de Nutrition dans sa globalité.

Directement concerné par ledit projet, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Eugène Aka Aouélé, a souligné que l’impact de l’engagement au plus haut niveau institutionnel pour la nutrition se fait ressentir à travers l’amélioration du niveau de certains indicateurs nutritionnels. « Le retard de croissance pour malnutrition chronique, marqueur de pauvreté, est la forme la plus répandue en Côte d’Ivoire chez les enfants de 5 ans. De 29,8% en 2012, la prévalence est passée à 21,6% en 2016 », a-t-il indiqué au nombre des indicateurs présentant une bonne tendance en vue d’atteindre des cibles fixées par l’OMS.

Selon Michel Velmonde, Coordonnateur des développements humains à la Banque mondiale, le PMNDPE va aider la Côte d’Ivoire à cibler et à adresser les causes fondamentales de la malnutrition et du retard de croissance afin d’offrir à chaque enfant la chance d’atteindre son plein potentiel, indépendamment du milieu dans lequel il est. « Nous n’avons plus le temps à perdre », a prévenu M. Michel Velmonde, représentant M. Pierre Laporte, le Directeur des opérations de la Banque mondiale, institution internationale qui accompagne la Côte d’Ivoire dans la réalisation du PNMN.

Coordonnatrice du PMNDPE, Dr Patricia Ngoran a précisé qu’en Côte d’Ivoire, 1 enfant sur 4 a un retard de croissance. Il faut, a-t-elle conseillé, mettre tout en œuvre pour empêcher ce retard au niveau de l’enfant car il « est irréversible au-delà de 24 mois », c’est-à-dire des 1000 premiers jours.

Le PMNDPE court jusqu’en 2023. Le Nord, le Nord-Est, le Nord-Ouest, le Centre et le Centre-Ouest sont les zones concernées par ce projet. Les cibles sont les femmes en âge de grossesse, les enfants de moins de 2 ans, les enfants de 2 à 5 ans, les femmes en âge de procréer (de 15 à 49 ans) et les adolescents.

SOURCE : SERCOM MEF