1ère édition des Journées Nationales de la Microfinance (JNM) /Le Ministre Adama Koné annonce : « 1 300 000 clients, 34,2 milliards F.cfa de fonds propres pour les SFD à fin décembre 2017 »

Plus d’un million de clients pour les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD). C’est l’une des annonces fortes faite le 22 mars2017 par le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, lors de la cérémonie d’ouverture de la 1ére édition des Journées Nationales de la Microfinance (JNM), à la CRAE-UMOA au Plateau.

« Contribution de la microfinance à l’inclusion financière en Côte d’Ivoire ». Tel était le thème cette première édition des JNM dont la cérémonie d’ouverture a été l’occasion pour le Ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, de faire l’état des lieux des progrès réalisés par les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) en Côte d’Ivoire.

Le secteur de la microfinance, a-t- il fait savoir, est sur la bonne voie pour relever le défi de la restructuration et de la professionnalisation. Les microfinances disposent à ce jour d’un bon niveau de fonds propres avec des indicateurs en termes de capitalisation qui sont en conformité avec les exigences réglementaires.

« En effet, au 31 décembre 2017, les Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) enregistrent 1 300 000 clients, 34,2 milliards de fonds propres. Au cours de la même période, l’épargne mobilisée par les SFD et l’encours de crédit ont été multipliés par quatre, pour s’établir respectivement à 306,6 milliards de FCFA et 270,4 milliards de FCFA. (…) Ce constat est le résultat des actions combinées de l’Etat, des partenaires au développement et des autorités de supervision qui, à travers une stratégie d’assainissement, ont engagé différentes initiatives permettant au secteur de devenir bénéficiaire de 4,2 milliards depuis 2016, après 10 années de déficit structurel », a indiqué le Ministre Adama Koné.

Le ministre de l’Economie et des Finances a également mis l’accent sur les instruments mis à la disposition du secteur par le Gouvernement ivoirien. A ce titre, il a rappelé l’élaboration d’une stratégie nationale pour l’inclusion financière, favorisant l’accès de la population à une gamme de services financiers diversifiés assurés par une grande variété d’acteurs, au nombre desquels les institutions de microfinances, les banques, les assurances, les opérateurs de téléphonie mobile, avec un secteur de la microfinance assaini, restructuré et professionnel. En outre, insistera t-il, le Gouvernement a adopté, par voie d’ordonnance, en novembre 2011, la nouvelle réglementation régissant le secteur des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) et son décret d’application en 2014.

Le Ministre s’est par ailleurs réjoui de la création d’un Observatoire de la qualité des services financiers. « Afin d’assurer la promotion de l’inclusion financière, il a donc été créé, au sein de notre département, une cellule chargée de la promotion de l’inclusion financière », a-t- il ajouté.

Cependant, a noté le ministre de l’Economie et des Finances, le secteur doit faire face à des défis relatifs au respect de la réglementation, à la gouvernance, à la maitrise du portefeuille de crédit et au système d’information et de gestion. Non sans déplorer que la majorité des Ivoiriens reste encore exclu du système financier avec seulement 16% de la population possédant un compte bancaire en 2016 et un taux de pénétration de la microfinance qui ne représente que 6%.

Revenant sur le thème de la 1ére édition des JNM, il a souligné qu’il est une opportunité pour les acteurs du secteur d’apporter des solutions innovantes et durables à la construction d’un secteur financier « inclusif, viable et pérenne » en Côte d’Ivoire.

SOURCE : SERCOM MEF