Liquidation de la BFA: Propos liminaire de Mme Niale KABA, ministre auprès du premier ministre chargée de l’Economie et des Finances

La ministre auprès du premier ministre chargée de l’Economie et des Finances, Kaba Nialé a, au cours d’un point de presse animée mardi en début de soirée, annoncé la mise en liquidation de la Banque pour le Financement de l’Agriculture (en abrégé BFA).

Ci-dessous, l’intégralité de son discours liminaire.

Il a été donné au Gouvernement de constater que  le déficit structurel enregistré par la Banque  pour le Financement de l’Agriculture (en abrégé BFA) se creuse d’année en année et constitue à ce titre une menace certaine non seulement pour ses clients, mais également pour l’ensemble du système bancaire.
Face à ce risque systémique et pour préserver l’équilibre du secteur bancaire, la Commission Bancaire a procédé au cours de sa session du 2 septembre 2014 au retrait pur et simple de l’agrément de cette Banque et de sa mise en liquidation à compter de ce jour.
Cette mesure est conforme aux principes de bonne gouvernance et s’inscrit dans la droite ligne de la politique d’assainissement et de restructuration du secteur bancaire ivoirien.
Le Gouvernement tient à rassurer les clients, le personnel et les partenaires de la BFA sur la préservation prioritaire de leurs intérêts, dans ce contexte particulièrement sensible de rentrée scolaire et de fin de mois pour les clients de la banque.
En conséquence, les mesures d’urgence suivantes ont été arrêtées :
1-L’affichage, dès le jeudi matin dans les agences de la BFA du dispositif mis en place pour procéder au paiement des revenus de fin de mois des clients dans les postes comptables du Trésor Public ;
2-La mise en place d’un plan de dédommagement et d’une politique sociale pour le personnel ;
3- Par ailleurs, conformément à la réglementation en vigueur, le liquidateur sous la supervision d’un Comité de Suivi, procèdera à l’apurement de l’entièreté du passif de la Banque ;
Le Gouvernement précise que toutes les dispositions ont été prises afin que la mise en liquidation de la BFA n’ait aucune incidence sur l’ensemble du système bancaire.

Fait à Abidjan, le 30 septembre 2014