En fin de mission : M. Bruno Leclerc décoré par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly / Le Ministre Adama Koné salue « des résultats probants » obtenus sous la conduite du Directeur sortant de l’AFD en Côte d’Ivoire

En fin de mission, après cinq (5) années passées en terre ivoirienne, M. Bruno Leclerc, le Directeur de l’Agence française de développement (AFD) en Côte d’Ivoire, a reçu, le mercredi 1er août 2018 à la Primature, la médaille d’Officier dans l’Ordre national de la République de Côte d’Ivoire, des mains du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Avant cette distinction, au nom du chef du Gouvernement ivoirien, le Ministre de l’Economie et des Finances, M. Adama Koné, lui a exprimé ses vifs remerciements pour son « appui » et son « engagement personnel » au dénouement de plusieurs dossiers en faveur de la Côte d’Ivoire. Toute chose qui justifie amplement la reconnaissance de la Côte d’Ivoire à son égard.. « Pour votre brillant passage à la tête de l’AFD en Côte d’Ivoire et pour votre contribution aux efforts de développement de notre pays, le Gouvernement, en accord avec le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara et la bienveillante attention de Madame la Grande Chancelière de l'Ordre National, vous a jugé digne d'être élevé au rang d'Officier dans l’Ordre National de la République de Côte d’Ivoire », a justifié le Ministre Adama Koné.

Revenant sur les « résultats probants » obtenus sous la direction du Directeur sortant de l’AFD en Côte d’Ivoire, le Ministre de l’Economie et des Finances a relevé que l’Etat de Côte d’Ivoire a pu signer, avec la France, deux (02) Contrats C2D d’un montant global 1,76 milliard d'euros, environ 1151,25 milliards de FCFA, et vingt-six (26) conventions d’affectation de fonds correspondant à 1,66 milliard d'euros, environ 1 093 milliards de FCFA, soit un taux d’environ 95% du montant des deux Contrats C2D engagés.

« La mise en œuvre de ces (02) Contrats a conduit à la réalisation sur toute l’étendue du territoire national de plusieurs projets d’envergure, au bénéfice de nos populations, dans divers domaines pour un montant de 1,04 milliard d'euros, environ 680 milliards de FCFA, sur un budget total d’échéances remboursées de 1,19 milliard d'euros, environ 782 milliards de FCFA, soit un taux de décaissement de l’ordre de 87% », a expliqué le Ministre Adama Koné. Non sans rappeler qu’à l’actif de M. Bruno Leclerc, deux (02) accords de prêts souverains ont été signés avec la Côte d’Ivoire en 2016 et en mars 2018, respectivement dans les secteurs de l’énergie et des infrastructures routières, pour un montant de 0,12 milliard d'euros, soit environ 78,71 milliards de FCFA, chacun.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, cinq (05) autres accords de prêts souverains sont en cours d’instruction dans les secteurs de l’éducation-formation, de la santé, de la décentralisation, du développement des communes et de la météorologie, pour une enveloppe globale de 0,45 milliard d'euros, soit environ 295,1 milliards de FCFA.

« Le 29 juin dernier, l’AFD a même octroyé un prêt non souverain de 0,11 milliard d'euros, soit 72 milliards de FCFA, à l’Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications (ANSUT), pour le financement de la fibre optique. C’est la toute première fois en Côte d’Ivoire que cette Agence signe un prêt avec un organisme autre que l’Etat », s’est également félicité le Ministre de l’Economie et des Finances.

Il a, enfin, souligné que le récipiendaire a participé à la signature en septembre 2016, du Mémorandum de Dialogue Stratégique, dont l’objectif était d’accompagner les chercheurs ivoiriens dans la mise en œuvre d’un programme d’appui aux politiques publiques, et à la coordination des partenaires au développement sur divers sujets, notamment l'efficacité de l’aide, le développement d’outils utiles pour le Gouvernement ivoirien et les bailleurs.

M. Bruno Leclerc a, pour sa part, indiqué que « l’action de l’AFD profite évidemment de l’excellence des relations entre la Côte d’Ivoire et la France, avec ce que cela suppose bien sûr d’exigence et de redevabilité ». Il a, également, assuré que son successeur, M. Emmanuel Debroise, connait bien la Côte d’Ivoire puisqu’il a été Volontaire du Service National à la Caisse Centrale de Coopération Economique de 1991 à 1993. « Il connait bien l’Afrique, il arrive de Chine, merci de lui réserver le meilleur accueil », a ajouté M. Bruno Leclerc.

Pour clore, le désormais ex-Directeur de l’AFD en Côte d’Ivoire a révélé, avec un grain d’humour, que sa prochaine affectation sera « dans une autre ville africaine, à savoir Paris » où il s’occupera du département Amérique latine. Selon lui, il s’agit d’un autre continent, avec d’autres défis, mais également une soif de développement comme le connait l’Afrique aujourd’hui.

SOURCE : SERCOM MEF